La Norvège, un pays de poissons

Préparez vos valises ! À plus de 1 600 Km de la France, la Norvège est un pays dont la culture, la nature, les nombreux fjords, et les aurores boréales, font rêver. Ce pays scandinave possède de nombreuses richesses dont la pêche et l’aquaculture. En effet, avec plus de 20 000 kilomètres de côtes, la culture de la mer est omniprésente et perdure de génération en génération. On vous raconte son histoire...

À la conquête de l'Europe


Avec l’augmentation de la demande en produits de la mer (poissons, coquillages, crustacés, etc.), on retrouve sur le marché européen, énormément de produits issus de la pêche ou l’aquaculture norvégienne:

  1. du saumons d’élevage (à plus de 60%),

  2. du cabillauds (ou morue quand il est séché et salé),

  3. de truites d’élevage,

  4. de maquereaux,

  5. de harengs,

  6. de merlans,

  7. et le reste d’espèces variées.

La Norvège a ainsi su se placer comme l'un des principaux fournisseurs européens, avec le Royaume-Uni (pour le poisson blanc et les crustacés) et l’Espagne (surtout pour le thon, les crevettes, les calamars, etc.).


La Norvège représente plus de 13 % de la valeur totale des importations françaises de produits aquatiques (FranceAgrimer, 2019).



L'aquaculture norvégienne


Installée depuis les années 70 sur les côtes et fjords norvégiens, elle ne cesse de se développer. Sans surprise, l'élevage du saumon de l'Atlantique (Salmo salar) est désormais l'activité la plus importante, représentant plus de 80% de toute la production norvégienne en aquaculture (FAO).

Pour continuer à se développer ainsi, des mesures très strictes ont été mises en place afin de respecter l’environnement :

  1. Des bassins en pleine mer, loin de trafic maritime,

  2. Une faible densité par bassin,

  3. Une alimentation durable (co-produits, insectes, autres sources durables),

  4. Une surveillance accrue de l’environnement,

  5. Une diminution des échappées.

« Le poisson constitue seulement 2,5 % du volume d’une ferme marine,

les 97,5 % restants étant de l’eau » (source Seafood from Norway)

Bassin Norvège

La majorité des exportations norvégiennes de poissons représente des espèces d’élevage comme le saumon Atlantique (Salmo salar), ou la truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss).

Le saumon (Salmo salar) est LE produit préféré des français : fumé, en pavé, tout le monde en raffole. Avec 2/3 des approvisionnements, la Norvège est le principal producteur européen (contre 1/3 pour le Chili).

Il aime particulièrement les eaux froides. Même élevé, il bénéficie de conditions d'élevage similaires à son environnement naturel.



Et les antibiotiques ?


Depuis 1987, des mesures pour diminuer l'apport d'antibiotiques ont été mises en place. Aujourd'hui, les traitements préventifs sont désormais interdits. " En Norvège, les saumons d’élevage sont vaccinés et ne reçoivent quasi plus d’antibiotiques. C’est de l’ordre de 0,9 g par tonne produite." (Source: INRA)



La Norvège garde la pêche


Pas facile quand les zones de pêche foisonnantes bordent ses côtes ! "Environ 90 % des pêches sont réalisés en Norvège dans des stocks qui sont communs à d'autres états". (Source: Parlement Européen-2008). Toute sa politique se basent sur le principe de la durabilité des ressources marines.

En ce qui concerne les stocks de poissons les plus importants, les quotas et les stratégies de gestion sont donc fixés en collaboration avec d'autres pays. La Norvège a donc négocié une série d'accords avec ses pays voisins (Union européenne, Russie, Iles Féroé, etc.).



Le cabillaud, c'est "l'or blanc de la Norvège"


On ne peut pas parler de la Norvège sans évoquer: le cabillaud, la ressource de pêche la plus importante de Norvège ! 

Cod-cabillaud

Il aime les eaux froides, du Groenland au Golfe de Gascogne (plus rare). C'et un grand prédateur: il se nourrit de bivalves, poissons (harengs, merlans, voire tacaud pour les cabillauds adultes!)  et crustacés. Il est principalement pêché au chalut puis importé congelé, entier ou en filets.

Il existe 2 types de cabillaud en Norvège :

  1. le "cabillaud côtier sédentaire" 

  2. le " cabillaud arctique".

Le "cabillaud côtier" reste près du fond, dans des eaux peu profondes le long de la côte. Contrairement au cabillaud côtier, le "cabillaud arctique" se situe dans les eaux plus au nord et revient sur les côtes pour se reproduire. C'est ce dernier qui est très prisé des pêcheurs. Pas besoin de les différencier à l'achat, seul leur mode de vie diffère.



Lumière sur le Skrei


Ce cabillaud saisonnier migre depuis la mer de Barents, jusqu'aux aires de reproduction au large de la côte nord de la Norvège, plus chaudes grâce au Gulf Stream qui passe par là. Pour pouvoir être appelés "skrei", les cabillauds doivent:

  1. avoir atteint la pleine maturité (environ cinq ans)

  2. et être pêchés à la ligne par de petits bateaux de pêche locaux

Sa pêche étant autorisée entre janvier et avril, il faudra attendre encore quelques mois pour pouvoir le retrouver en vente.

Pour en savoir plus sur nos solutions logicielles, contactez-nous par téléphone ou complétez le formulaire ci-dessous.

Une démo vaut plus que mille mots.
Découvrez notre logiciel en 15mn.

Nos bureaux

FRANCE

4 rue Jean Lemaistre

35000 Rennes

+33 2 30 96 44 42

SUISSE

Avenue d'Ouchy
41006 Lausanne

+41 21 519 05 39