ProcSea News: Seaspiracy, Brexit, Programme SAP.io

Tous les deux semaines, nous partageons des articles, des podcasts, des interviews, etc. qui nous ont inspirés. Pour clôturer ce mois d'avril, voici quelques actualités qui ont retenues notre attention:

  • Le documentaire "Seaspiracy" et ses controverses au sein de la filière Mer,

  • La colère des pêcheurs boulonnais et le Brexit,

  • Avant d'opter pour un (nouveau) logiciel de gestion, comment mettre en place sa transformation numérique ?,

  • La participation de ProcSea au programme d'accélération SAP.iO Foundry Paris.

"Seaspiracy" : le vrai du faux ?


Le 24 mars dernier sortait sur les écrans Netflix le reportage "Seaspiracy", réalisé par un jeune cinéaste britannique Ali Tabrizi. Il apparait rapidement dans le top 10 des films, dans près de trente pays. Quelques jours après sa diffusion, des milliers de téléspectateurs se sont posés la même question :

Faut-il continuer à consommer du poisson ?

En ces temps difficiles pour les pêcheurs, les producteurs, les mareyeurs, etc., il était évident d'informer les consommateurs sur la réalité de cette filière. Comment bien choisir ses produits de la mer ? Comment fonctionne cette industrie ? Les labels sont-ils fiables ? Clara ULRICH, directrice scientifique adjointe de l'IFREMER rétablit la vérité sur certains faits


L'avis de Clara ULRICH, directrice scientifique adjointe de l'IFREMER

(temps de lecture: 2 min)

©Netflix


Des scientifiques et des organisations halieutiques ont dénoncé des inexactitudes et des chiffres erronés comme:

  • "93 % du CO2 mondial serait absorbé par l'Océan". Clara ULRICH précise que "l’océan emmagasine en réalité 90 % de la chaleur depuis le début de l’ère industrielle et plutôt 25 à 30 % du CO2".

  • "Il n’y aura plus de poisson dans les océans d’ici 2048…". Cette information provient d'une étude datant de 2006, régulièrement démentie, certains stocks augmentant alors que d'autres se réduisant.

  • "Il faut de 5 à 20 kg de poissons fourrages pour fabriquer 1 kg de saumon." Propos démentis par BIOMAR. Pour certaines espèces, comme la truite arc-en-ciel par exemple, il faut moins d'1kg d'aliment pour produire 1 kg de truite arc-en-ciel (Source: Biomar)

PROCSEA rejoint le programme d’accélération SAP.io !


ProcSea fait partie de 3 start-ups françaises sélectionnées pour intégrer la 6ème promotion du programme international d'accélération de startups autour de l'agribusiness de SAP.iO Foundry!


Comme l'explique Sébastien Gibier, directeur de l’accélérateur SAP.iO Foundry Paris:


" D’envergure internationale, cette nouvelle promotion vise à apporter au secteur de l’agribusiness différents axes d’améliorations : plus d’efficacité, de transparence et de

sécurité. "


Découvrir le programme de SAP.iO Foundry Paris

(temps de lecture: 1 min)


Se poser les bonnes questions pour s'engager dans une transformation numérique.


En 2020, 70 % des grandes entreprises et 53 % des PME avaient engagé leur transformation digitale (Source: IDC France). Pourquoi pas vous ?

Avant de définir une nouvelle stratégie digitale au sein de son entreprise, il faut se poser les bonnes questions.


Intéressé(e) pour échanger sur le sujet ? N'hésitez pas à rencontrer en contact avec nos équipes.



Lire ce qu'en pense le Dr. Vanessa LoVerme-Akhtar, spécialiste du changement numérique

(temps de lecture: 1 min)


Le chiffre clé du Brexit:

22/120 licences attribuées !



Un sujet dont on n'a pas fini de vous parler: le Brexit ! Quelles sont les dernières actualités ?


Depuis le début d'année, seules 22 licences ont été accordées aux pêcheurs boulonnais. Pour obtenir cette licence, il faut avoir prouvé une pêche côté anglais de 2012 à 2016 grâce à une balise GPS dont peu de bateaux français avaient à cette époque.


La Ministre de la Mer, Annick Girardin, devrait rencontrer cette semaine les pêcheurs boulonnais et le Comité Régional des Pêches des Hauts-de-France, suite aux actions menées par les pêcheurs boulonnais, la semaine derniere avec ce message: "You want to keep your waters ? Ok, so keep your fish".

Affaire à suivre...


La colère des pêcheurs boulonnais suite au Brexit

(temps de lecture: 1 min)

Retour vers le futur avec Google Earth


Timelapse : la nouvelle fonctionnalité de Google Earth, est sortie la semaine dernière. L'idée ? La possibilité de voir l'évolution de certaines régions, suite au changement climatique, au cours des dernières années, grâce à plus de 24 millions d’images satellite prises chaque année de 1984 à 2020. Plus de 800 vidéos en timelapse, regroupées sous plusieurs thématiques (déforestation, changement climatique, urbanisation...) sont disponibles. Prêt(e) pour un voyage spatio-temporel ?


Je veux voyager dans le temps !


gif


Pour en savoir plus sur nos solutions logicielles, contactez-nous par téléphone ou complétez le formulaire ci-dessous.

Une démo vaut plus que mille mots.
Découvrez notre logiciel en 15mn.